www.perat.fr
Mon agenda Tout l'agenda

Permanences Le 02 septembre 2017 de 8h30 à 10h :
Je vous reçois lors de ma permanence à Anor - en Mairie

Me contacter Vos droits Les 12 communes
Newsletter

Vous souhaitez vous abonner à la Newsletter :
Civilité :
Nom :
Prénom :
Email :
www.perat.fr
TNC, création de sites internet
Actualités
12/03/10
Education Nationale : le coup de colère des députés socialistes du Nord

Actualités du conseil général

Après le déplacement du 6 avril dernier, avec des collègues parlementaires socialistes du Nord – Pas-de-Calais, Jean-Luc Pérat a été reçu par le recteur de l’académie afin de lui remettre une motion dénonçant les suppressions de postes dans l’Education nationale et les réformes actuellement conduites. (voir le texte de la motion joint) A cette occasion, les parlementaires socialistes se sont opposés à la politique actuellement menée par le gouvernement, qui « tourne le dos à l’investissement que nous souhaitons en faveur de l’éducation et des enfants », avec notamment une préparation de la rentrée 2009 où « on a raclé les fonds de tiroir ! ». Ils ont également pointé les erreurs de la réforme de la formation des maîtres.

Aujourd'hui c'est un véritable « cri d’alarme et un coup de colère » sur la manière dont évolue l’école publique, c’est, en substance, le message qu’ont tenu à faire passer ce matin des parlementaires socialistes du Nord. Réunis à l’initiative de Gilles Pargneaux, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste, et d’Yves Durand, député-maire de Lomme, quatre autres députés et un sénateur ont dénoncé la politique du ministre de l’Éducation Nationale. Bernard Derosier, Bernard Roman, Dominique Baert, Jean-Luc Pérat et Paul Raoult sont unanimement inquiets de la situation qu’ils rencontrent chaque jour sur leur territoire :

classes surchargées, professeurs au bord de la crise de nerf, manque d’effectifs des personnels d’encadrement… et les perspectives de suppressions de postes et de fermetures de classes ne sont pas là pour rassurer les élus du département du Nord. « Je ne voudrais pas être alarmiste, mais allez entendre ce qui se dit dans les salles des professeurs, dans les collèges et les lycées. Il y a une détresse qui est proche de celle des salariés de France Télécom… », juge Yves Durand.

Bernard Derosier, également président du Département a, de son côté, dénoncé l’écart qui se creuse entre « d’une part les régions et les départements qui investissent dans les lycées et les collèges pour apporter aux jeunes des conditions optimales de réussite et, d’autre part, l’État qui sacrifie l’Éducation Nationale. » « On a la volonté de casser l’école publique, qui est un outil essentiel dans notre République », a martelé Yves Durand.

En cause, surtout, la suppression de 16 500 postes dans l’Éducation Nationale, dès septembre 2010 qui « empêchera les chefs d’établissements de prévoir une rentrée digne de notre pays. » D’autant qu’Yves Durand estime que, déjà, l’éducation prioritaire n’existe plus dans le département du Nord : « les classes sont surchargées, des actions de réussite scolaire ont dû être abandonnées… »

Bernard Roman a quant à lui raillé la demande faite aux régions par le Haut commissaire aux solidarités et à l’égalité des chances, Martin Hirsch, pour l’aider à financer l’école de la seconde chance, « alors même que l’on sabote l’école de la première chance. »

Les députés socialistes du Nord demandent que soit appliqué un moratoire sur la suppression des postes dans l’Education Nationale. « On ne peut réussir une réforme sans moyens humains et financiers. »

En attendant, Gilles Pargneaux a promis que, chaque semaine le lundi, place de la République, les parlementaires et élus socialistes manifesteront leur mécontentement devant la Préfecture, « jusqu’à ce que la situation change ». « Nous organiserons nos tours de garde et serons vigilants. Nous devons arrêter de banaliser ce qui se passe aujourd’hui dans l’Education Nationale. C’est l’une des valeurs fondamentales de notre République qui est en jeu. »

 

Motion des Parlementaires socialistes
Jean-Luc Pérat 11/03/10
Jean-Luc Pérat est particulièrement engagé dans le cadre de ses fonctions de parlementaires dans le domaine des droits des femmes et de l'égalité hommes-femmes.

Actualités du conseil général

Il est ainsi membre de la Délégation de l'Assemblée Nationale aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes.

Et c'est la raison pour laquelle il s'est massivement investi dans la préparation et la discussion d'une proposition de loi renforçant la protection des femmes victimes de violences, ainsi que la prévention de ces violences. Cette proposition a fait l'objet de la réunion d'une commission spéciale présidée par Mme Danielle Bousquet, Députée socialiste des Côtés-d'Armor, et réunissant des membres issus de l'ensemble des groupes politiques. Jean-Luc Pérat était secrétaire de cette commission.

Le texte élaboré poursuivait plusieurs objectifs :

- améliorer la protection des victimes de violences en créant une "ordonnance de protection des victimes" permettant sur la décision d'un juge d'éloigner le conjoint soupçonné de violences du domicile commun, tout en prévoyant des mesures de stabilisation de la situation juridique et financière de la victime déclarée et des enfants éventuels. Cette ordonnance est également ouverte aux personnes menacées de mariage forcé.

- renforcer la prévention contre ces violences, en améliorant la formation des personnes ayant à traiter des violences conjugale, et en créant un Observatoire national des violences faites aux femmes.

- accentuer la répression des violences, en reconnaissant pénalement certains types de violences comme les violences psychologiques ou la mariages forcés.


Cette proposition de loi a été discutée par l'Assemblée Nationale lors de sa séance du 25 février 2010, et a été adoptée à l'unanimité. Le Sénat doit maintenant se prononcer sur ce texte.

Pour votre parfaite information, vous trouverez, ci-joint, le texte initial de la proposition de loi, ainsi que le texte adopté par l'Assemblée

Proposition de Loi - texte initial enreg 27.11.2009
Proposition de loi adopté par l'Ass. Nationale en première lecture
Jean-Luc Pérat 24/02/10
Marges de la grande distribution sur les produits agricoles - Jean-Luc Pérat interroge le Ministre de l'Agriculture

Actualités du conseil général

Interpellé en décembre 2009 par l'association UFC-Que choisir sur les marges très importantes prises par la grande distribution sur les produits agricoles peu transformés (lait, porc, fruits), Jean-Luc Pérat avait déposé une question écrite sur le sujet à l'Assemblée Nationale.

Monsieur le Ministre de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche vient de lui répondre.

Malheureusement, comme vous pourrez le constater, Monsieur le Ministre élude en grande partie la question posée, se retranchant derrière l'observatoire des marges et des prix qui, selon lui, ne démontre aucune anomalie.

Suite au dépôt de cette question, Arnaud Mulliez, Président d'Auchan France, a également souhaité répondre à Jean-Luc Pérat, pour nier toute responsabilité de la grande distribution dans l'écart dénoncé par les agriculteurs entre le prix d'achat de leurs produits et leur prix de vente dans les rayons des grandes surfaces. Par exemple, selon lui, la marge réalisée par la grande distribution sur la viande de porc ne serait que de 3%!

Certaines divergences apparaissent cependant entre l'analyse du Ministre et celle du Président d'Auchan au niveau des résultats de l'étude de l'observatoire des marges et des prix. Alors que, selon le Ministre, les prix pratiqués par la grande distribution suivent l'évolution des prix des matières premières, pour Arnaud Mulliez, ils restent stables, les hausses et les baisses n'étant que partiellement répercutées.

Jean-Luc Pérat reste particulièrement vigilant vis à vis de ce dossier crucial, tant pour les consommateurs que pour les producteurs.

Courrier de M; le Président d'Auchan du 8 fevrier 2010
Question écrite de JL PERAT Député du 22.12.2009 et réponse du Ministre
Jean-Luc Pérat 21/02/10
Jean-Luc PERAT dénonce la série de remises en cause de la Loi relative aux personnes handicapées.

Actualités du conseil général

Dans une récente question Jean-Luc Pérat attire l'attention de Mme la secrétaire d'État chargée de la famille et de la solidarité sur la colère des personnes en situation de handicap et de leurs proches face aux mesures prises par le Gouvernement et dénoncées par l'Association des paralysés de France.

En effet, voici bientôt cinq ans que la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a été votée. Or, cette loi qui a été accueillie comme une avancée majeure pour toutes les personnes en situation de handicap est progressivement vidée de son sens, et tout particulièrement en 2009, par une série de remises en cause : report des sur-contributions financières pour les entreprises n'embauchant pas suffisamment de personnes en situation de handicap, remise en cause du principe d'accessibilité en tentant à plusieurs reprises d'étendre les dérogations, remise en cause du plan personnalisé de compensation, déresponsabilisation du Gouvernement qui confie la gestion des auxiliaires de vie scolaires (AVS) aux associations...

Face à cette régression sociale, l'APF a qualifiée l'année 2009 « d'année noire du handicap » et annonce « sa colère noire pour 2010 ». Il lui demande donc de bien vouloir tout mettre en oeuvre pour que les engagements pris en 2005 soient respectés et pour que soient appliqués les principes et les valeurs de la convention des Nations-unies pour les droits des personnes handicapées qui vient d'être ratifiée par la France et qui prône l'égalité pour tous.

Voir le lien ci-après sur le site de l'Assemblée Nationale permettant de visualiser la question posée ainsi que sa réponse : http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-72155QE.htm

Jean-Luc Pérat 21/02/10
Jean-Luc PERAT rassembleur pour gagner la réouverture de la Sambre.

Actualités du conseil général

C'était à Paris, le mardi 2 février 2010 qu'avait lieu une réunion importante pour le devenir du canal de la Sambre à l'Oise au Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de la Mer. Jean-Luc PERAT était présent pour défendre ce dossier et demander la réalisation du chantier de reconstruction du pont-canal de Vadencourt dans les meilleurs délais.

Les travaux pourraient débuter cet été pour une réouverture en 2013.

Voir le compte rendu de la réunion et l'article de presse de la Voix du Nord.

Compte rendu de la réunion au Ministère du 2 février 2010 Canal Sambre à l'Oise
Article de la Voix du Nord du 8 février 2010
Jean-Luc Pérat

PAGES »  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 |